Fiche de présentation du territoire de Rungu

Carte-administrative
Données-géographiques-et-culturelles

Données géographiques

Créé entre 1910 et 1920 par l’Administration Coloniale, le Territoire de Rungu était de sa création jusqu’en 1952 appelé Tterritoire de Mangbetu, il a ensuite été débaptisé « Territoire d’Isiro » entre 1952 et 1967 ; ce n’est qu’à partir du 3 mai 1967 à la suite d’une ordonnance-loi n°67-291 que ce Territoire porte le nom de Rungu. Il est une entité déconcentrée de l’actuelle Province de Haut-Uele, laquelle Province est issue de la grande Province Orientale démembrée en 2015.

Avec une altitude qui oscille entre 500 m et 800 m, le territoire de Rungu est situé sur le plateau de l’Uélé. En dehors de ses limites de l’Ouest et du Sud-ouest qu’il partage respectivement avec les territoires de Poko (du Bas-Uele) et Bafwasende (de la Tshopo), le reste de ses limites, il se les partage avec les autres territoires de la Province du Haut-Uélé. Ce territoire est situé dans la partie Ouest de la Province et ne partage donc pas aucune de ses limites avec même pas un seul des pays limitrophes du pays.

Les coordonnées géographiques extrêmes du territoire de Rungu sont les suivantes : au Nord la rivière Bomokandi (3° 15′), au Sud la rivière Nepoko (1° 50′) ; à l’Est (28° 30′) et à l’Ouest (26°30′) la température moyenne est de 30°.

Hydrographie

Le territoire de Rungu est baigné par plusieurs rivières dont les plus importantes sont : Bomokandi, Rungu, Nava, Nanya, Nala, Nepoko, Beli, Kome, Motani, Monzalo, Tsobo, Maika, Neteno.

Le Relief est accidenté et formé de steppes et d’Oasis

Limite

Il est limité au Nord par le territoire de Niangara, la rivière Bomokandi étant la limite naturelle, et le territoire de Dungu au Nord-est ; limité au Sud par le territoire de Wamba, la rivière Nepoko étant la limite naturelle ; il est limité au Sud-ouest par le territoire de Bafwasende (de la Province de la Tshopo) ; à l’Est par le territoire de Watsa et à l’Ouest par le territoire de Poko (de la Province du Bas-Uele) .

Climat et Saison

Le Territoire de Rungu a un climat tropical avec une alternance de deux saisons : la saison de pluie et la saison sèche. La saison sèche commence vers la fin de la deuxième quinzaine du mois de novembre et finit au cours de la première quinzaine du mois de mars, la saison de pluie quant à elle commence au milieu du mois de mars et finit vers la fin du mois de novembre. Toutefois, avec les perturbations climatiques, on assiste à des dépassements des limites périodiques habituellement reconnues pour telle ou telle autre saison ; cela défit la tenue et l’observance du calendier agricole et ne laisse pas indifférentes les activités y relatives, avec un effet néfaste sur la production attendue et plusieurs autres effets funestes.

Température

La température varie selon les saisons avec une température annuelle maximale de 34° et une température minimale de 26°, ce qui donne une température annuelle moyenne de 30.

Type de Sol

Le sol du territoire de Rungu est argileux sauf en chefferies MEDJE–Mango et MONGOMASI où il est sablo- rocailleux, riche en engrais naturel favorable à l’agriculture.

Particularités et richesses du territoire

Le Sous-sol du territoire de Rungu renferme quelques matières précieuses telles que l’or et diamant en petite quantité. Les différentes rivières ainsi que les chutes que renferme le territoire constituent aussi un grand potentiel voire une richesse en elles-mêmes ; toutefois, il sied de mentionner que l’agriculture demeure la plus grande richesse du territoire suite à son sol fertile et moins éxigeant, néanmoins il importe de signaler ici que certaines cultures sont incompatible ce sol, ce dernier devient défavorable au développement de ces cultures comme c’est le cas pour la pomme de terre pour ne citer que celle-là.

 

Données culturelles

Le Territoire de Rungu est constitué de 7 chefferies sans aucune cité au vrai sens du terme, car Isiro étant devenue une ville à part entière, la Mairie de cette ville n’a rien à rendre comme compte à l’Adminstration du Territoire de Rungu. Au jour d’aujourd’hui la ville d’Isiro fait déjà partie des entités urbaines du pays. Deux grandes tribus ou encore communautés peuplent ce territoire ; il s’agit de la tribu de Yogo et celle de Ngbetu.

Les Yogo sont des cultivateurs. Leur aliment de base est constitué généralement de feuille de manioc, du manioc, de la banane plantain et de l’arachide ; la patate douce, le maïs, le poulet, la chèvre et autres types de viandes, poissons salés font aussi parties de leur alimentation. ils pratiquent aussi la pêche à l’hameçon.

Les Ngbetu sont des guerriers. Ils ont presque les mêmes aliments de base : le pondu et le manioc. Ils aiment aussi manger les poissons et font la pêche dans les différentes rivières qui sont dans leurs chefferies.

 

Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala,
  2. Kiyogo,
  3. Kingbetu,
  4. Swahili,

Le Lingala : est l’une de 4 langues nationales de RDC parlée dans le Territoire de Rungu. Le Kiyogo est parlée dans 2 chefferies (Mayogo-Mabozo et Mayogo-Magbaie) que les Yogo occupent sur les 7 chefferies que compte ce Territoire ; et le Kingbetu est parlé dans les 5 chefferies restantes (Azanga, Mboli, Mongomasi, Ndey et Medje-mango) que les Ngbetu occupent. Le swahili est souvent parlé à faible échelle par les migrants venus particulièrement du grand Kivu et de l’Est du pays en général et ce, pour des raisons économiques, il est aussi parlé par les Budu du territoire voisin de Wamba.

 

Principales activités
  1. Agriculture et élevage,
  2. Petits commerces,
  3. Agent de l’Etat (Médecins, Infirmiers, ensignants et autres fonctionnaires)
  4. Exploitation forestière et minière,
  5. Pêche et cueillette.

Mise à part l’agriculture d’auto-consommation et de survie, il existe quelques plantations mais qui sont abandonnées. Dans 81 plantations répertoriées dans les rapports annuels de l’Inspecteur Territorial de l’Agriculture, Pêche et Elevage (ITAPEL) seules 5 plantations sont exploitées non pas dans la totzalité de leur superficie mais en partie, il s’agit de la plantation de 60 Ha située à 4 km d’Isiro dans la chefferie Mongomasi, une propriété d’un opérateur économique et exploitant agricole Mr ALEFE Théodore; de la plantation de Mr André MOLHA « ancien chef de division unique », plantation située dans la chefferie Mayogo-Mabozo; une autre plantation de 60 Ha dans chefferie Mongomasi propriétée de la société UNIBRA Isiro et une plantation de 5 Ha propriété de KAKU située dans la chefferie Mongomasi et une plantation d’une des missions catholiques.

En dehors de quelques médecins, enseignants, infirmiers et d’autres fonctionnaires de l’Etat qui sont salariés dans la fonction publique, le gros de la population du territoire n’a pas d’emploi salarié ; le petit commerce occupe aussi une place considérable parmi les activités du territoire et fait vivre beacoup de ménages, surtout pendant la période de soudure. L’exploitation minière et l’exploitation forestière occupent une autre partie de la population. La pêche se fait par une minorité « la population riveraine « et surtout sur les cours d’eau et la rivière Bomokandi, la cueillette quant à elle, se fait aussi tout comme la pêche par une minorité de la population (pygmées et autres).

 

Situation-économique

Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 250 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques 189
Principaux opérateurs économiques
  1. ALEFE Théodore : opérateur économique, exploitation agricole et Promoteur et défenseur de la relance de la culture du café par l’entremise du Projet « Café Africa »
  2. NTUMBA NDELELA : opérateur économique, exploitant forestier et Président de la FEC Haut-Uele
  3. MAKOBO Jean : exploitant forestier et Président des exploitants forestiers de la Province du Haut-Uele
  4. Fidèle AKPONDA : exploitant forestier et Secrétaire de AEFHU, une association des exploitants forestiers
  5. Jean Pierre : opérateur économique dans le commerce général

 

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Exploitation agricole et forestier
  2. Prestation des services (transport de marchandises, réparations, etc.)
  3. Petits commerces de détail
  4. Exploitation minière de manière artisanale
  5. Transformation des produits issus de l’exploitation forestier (fabrication artisanale des meubles)
Principales activités des PME/PMI
  1. Commerce général le plus souvent en détail,
  2. Exportation des produits manufacturésTransformation de produit agricole en savon, huile etc.
  3. Transformation des produits agricole (Rizeries et huileries artisanales)
Grandes entreprises locales

Il n’existe pas des grandes entreprises dans ce territoire.

Principaux produits agricoles
  1. Arachide (3,41 %)
  2. Maïs (2,78 %)
  3. Haricot (0,38%)
  4. Manioc (71,64 %)
  5. Riz/Paddy (3,77%)
  6. Banane (18,03%)

La production annuelle 2015 est : arachide : 8.793 t, maïs : 7.161 t, haricot : 977 t, manioc : 184.812 t, riz (paddy) : 9.716 t, banane : 46.513 t.

Le palmier à huile est fortement produit et consommé par les territoires voisins de la ville d’Isiro dans sa forme alimentaire et sous forme de savons.

 

Principaux produits non agricoles
  1. Le champignon,
  2. Le termite
  3. La chenille,
  4. L’escargot,
  5. Le poisson,
  6. La viande,
  7. Le bois
Principales sources d’énergie

Le territoire de Rungu souffre du manque d’énergie électrique et du manque de l’eau potable.

  1. Le bois de chauffage (+ de 80%),
  2. La braise (±20%)
  3. La lampe torche (à usage de pile et/ou chargeable)
  4. La lampe à pétrole (en disparition moins de 5%)
  5. Panneau solaire (- de 10%)
  6. Groupe électrogène (- de 5%)

Situation-sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 27

Le territoire de Rungu a 2 ZS à savoir la ZS de Rungu et la ZS de d’Isiro. Cependant, il importe de mentionner ici que la ZS d’Isiro est Urbano-rurale dessert à la fois une partie du territoire de Rungu et toute la ville d’Isiro avec respectivement 13 Aires de Santé et 7 Aires. La zone de santé de Rungu avec deux hôpitaux : l’HGR se trouvant à Rungu et un autre hôpital privé HNDC (Hôpital Notre Dame Consolata) situé à Neisu dans la chefferie Ndey. Toutes les structures de santé : 14 Aires de santé de la ZS de Rungu et 13 Aires de santé de la partie rurale de la ZS d’Isiro ne fonctionnent qu’avec 10 médecins dont une seule femme tous généralistes, d’autres part elles fonctionnent avec 121 infirmiers dont 41 femmes.

Une grande partie des médicaments est disponible dans les centres de santé et pharmacies mais surtout au sein du Bureau Central de la Zone de sante (BCZ) du territoire. Néanmoins, la non maitrise des consommations moyennes mensuelles des ces formations sanitaire par les IT (Infirmiers Titulaires) des Centre de santé fait que de fois certaines structures connaissent des ruptures de stock en médicaments. S’agissant des médicaments appropriés pour des cas spéciaux, il faut passer la commande des mois en avance dans les grandes villes ou alors référer les cas nécessitant l’usage de ces médicaments aux autres grandes structures sanitaires qui en ont la provision.

 

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme (56%),
  2. Infections respiratoires aigües (17%),
  3. Maladies diarrhéiques (6%),
  4. Anémie (5%),
  5. Malnutrition et Ménengite (5%).
  6. Infections Sexuellement transmissibles & VIH/SIDA (4 %).

Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 154
Ecoles secondaires 55

Les 7 chefferies du Territoire de Rungu possèdent dans leur ensemble 209 écoles dont 154 écoles primaires et seulement 55 écoles secondaires parmi lesquelles les écoles techniques et celles professionnelles, et ce, selon le rapport des statistiques de l’année scolaire 2015-2016. En dehors de l’enseignement formel, le territoire de Rungu n’avait aucun centre d’alphabétisation ni celui de récupération qui était fonctionnel ces 2 dernières années. C’est au début de cette année scolaire que le centre d’alphabétisation ODAP a ouvert son extension dans la chefferie Azanga à Nangazizi au PK 45 sur l’axe Isiro-Niangara-Dungu, à part ce centre qui a ouvert ses portes au début de l’année scolaire 2016-2017, il n’en existe aucun autre centre qui offre l’enseignement non formel dans le territoire de Rungu.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 0

Mise à part la ville d’Isiro, le territoire de Rungu n’a aucune institution de l’enseignement supérieur; toutes les institutions offrant ces enseignements sont dans la ville d’Isiro.

ONG-et-projets

Nombre d’ONG 37
Principales activités

Les domaines d’intervention des ONG dans ce territoire sont :

  1. Domaine de « Santé »,
  2. Domaine de « l’Education et protection des enfants »,
  3. Domaine de « l’Environnement et protection de la nature »,
  4. Domaine de « Développement communautaire »
  5. Domaine de « Défense des droits de l’homme »

Dans le secteur de la santé, au-delà des ONG, il y a des agences des nations unies comme OMS (qui intervient dans la lutte contre les épidémies), UNICEF (qui intervient dans la vaccination des enfant mais aussi dans l’éducation qui du reste à la rentrée scolaire 2016-2017 a doté chaque sous-division de l’EPS-INC de la province du Haut-Uele, une moto marque AG), Fonds Mondial (dans la lutte contre le palu par l’entremise de son récipiendaire SANRU qui distribue les médicaments antipaludéens et les moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée; et a doté au mois d’avril dernier les ZS de motos YAMAHA DT), Action Damien (dans la lutte contre la lèpre et la tuberculose), Medicus Mundi (appuie les participations communautaires), MEMISA Belgique (lutte contre le VIH)…

Pour ce qui concerne les ONG nationales et locales, actuellement elles sont pour la plupart en veilleuse voire sans activité ; on peut citer : AFIA SANTE, Centre de Formation International en Droits Humains et Développement « CFIDHID », Union pour la Promotion du Bien-être Intégral, Collectif des Initiatives locales de Développement de NANGAZIZI, « JCC », ASSADU « Association des Agronomes et Agriculteurs pour le développement des Ueles…

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

Deux grands Projets sont en cours d’exécution, le premier est dans le secteur de l’éducation, il s’agit du Projet de Reconstruction et de Réhabilitation des Infrastructures Scolaires « PRRIS » en sigle. Ce projet a été jusque là exécuté en 2 phases, la première a été lancée au cours de l’année 2012 et courait jusqu’en 2014. Au cours de cette phase il était question de reconstruire et/ou de réhabiliter 535 écoles primaires disséminer dans les 145 territoires que compte le pays. Lors de la livraison des infrastructures réalisées au cours de cette première phase, 535 écoles primaires ont été inaugurées. Pour ce qui est particulièrement du territoire de Rungu, au cours de cette phase 3 écoles ont été réalisées, il s’est agit de l’EP KINKOLE reconstruite à Isiro, de l’EP ANGBOYI reconstruite dans la chefferie Medje-Mango à environ une quarantaine de kilomètres sur l’axe Isiro-Medje et de l’EP ZOWE reconstruite dans la chefferie Azanga au PK 14 sur l’axe Isiro-Niangara-Dungu. La deuxième phase de ce même projet est partie de 2014 à 2016 avec dans son paquet un lot de 512 écoles primaires à reconstruire et/ou réhabiliter sur l’ensemble du territoire national. Lors de leur livraison intervenue avant la rentrée scolaire 2016-2017, pour ce qui est du territoire de Rungu, 2 écoles primaires ont été remises, il s’agissait de l’EP NEPOMEDA reconstruite dans la chefferie Azanga au PK 24 sur l’axe Isiro-Niangara-Dungu et de l’EP APANEBAY reconstruite dans la chefferie Mayogo-Mabozo au PK 11 Isiro-Poko à moins de 2 km de la limite entre la province du Haut-Uele et la province du Bas-Uele, non loin de l’aéroport national MATARI.

S’agissant du deuxième Projet, il est dans le secteur de la santé, il s’agit de Projet d’Equipement des Structures Sanitaires « PESS » en sigle; jusque là, ce projet a été lancé dans phase d’abord et au cours de cette phase, seules 66 Zones de Santé ont été sélectionnées parmi lesquelles la zone de santé urbano-rurale d’Isiro pour le compte du territoire de Rungu. Dans cette première phase, il a été question de réhabiliter et d’équiper l’Hôpital Général de Référence de chacune de ces 66 ZS et reconstruire et d’équiper 5 Centres de Santé dans chacune de ces ZS. Dans cette phase pour ce qui est du territoire de Rungu, l’HGR d’Isiro a été bel et bien équipé mais pas réhabilité, les 5 CS qui devraient être reconstruits en l’occurrence les CS BAZANGA, CS TELALINGBI, CS DJOMBE, CS NDUKA, CS MEDJE; tous dit-on ont été équipés mais seul le CS TELALINGBI, en plus d’être équipé, a été effectivement reconstruite, curieusement jusqu’au jour d’aujourd’hui ce CS n’a jamais été livré malgré le fait que les travaux de sa reconstruction été finalisés depuis environ 10 mois. Pour le 4 autres CS, seuls les travaux de reconstruction du CS DJOMBE ont été amorcés mais ont été suspendus juste après la fondation à un niveau bas de l’élévation; les travaux de reconstruction des CS BAZANGA, CS NDUKA et de CS MEDJE même pas la fondation a été faite.

Il n’y a pas eu que ces deux premiers projets; il y a eu aussi un autre projet de construction d’une école par le Fonds Social de la République pour le compte de la communauté CECCA 16 qui été complètement réalisé et livré avant la rentrée scolaire de l’année 2016-2017 en cours.

 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Il n’y a aucun projet de développement sous financcement autre que le gouvernement dans ce territoire.

Accessibilité-et-tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Non
Train Non

L’accès au territoire Rungu se fait seulement par voie routière. La voie d’accès par le train existe mais ne fonctionne plus parce que la société qui la gérait était tombée en faillite et avait claqué ses portes depuis plus de 20 ans.

Les routes permettant d’entrer dans le territoire sont : la route provinciale Isiro-Niangara qui connecte le territoire de Rungu au territoire de Niangara et va jusqu’en Sud-soudan en passant le territoire de Dungu, cette route coupée par la rivière Nabukongo à 7km de la ville d’Isiro sans pont pour faciliter la traversée est utilisée comme tel; la RN 26 connecte le territoire de Rungu au territoire de Watsa et va jusqu’en Ouganda; la RN 25 connecte le territoire de Rungu au territoire de Wamba et va jusqu’à Kisangani et Bunia et relie aussi le territoire de Rungu au territoire de Poko dans la province de Bas-Uele. Le reste de routes est d’intérêt local et donc de desserte agricole.

 

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Non
Tigo Non
Vodacom Oui

Hormis la ville d’Isiro, le seul réseau de télécommunication opérationnel sur toute l’étendue du territoire de Rungu est Vodacom, il couvre presque toutes les chefferies en dehors de certains coins de la chefferie de Mboli et de celle de Mayogo-Magbaie. Cependant, certains produits comme le M-pesa ne sont pas disponibles, dans certains coins du territoire où ces produits ne sont disponibles de manière permanente, certains opérateurs indépendants se débrouillent pour le rendre disponible le jour du marché. Airtel est le deuxième réseau qui vient à peine de de s’implanter dans certains coins du territoire car jusqu’à présent le taux de sa couverture demeure encore faible (moins de 20%)

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Oui
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

Au vrai sens du terme, il n’existe pas de parc dans le territoire de Rungu ; toutefois, il existe une réserve de chasse « Penge » dans laquelle ont trouvait des espèces phares de singes, des éléphants, des antilopes rouges, des crocodiles à museaux courts, ces espèces sont en train de disparaître l’une après l’autre pour plusieurs raisons parmi lesquelles la chasse non encadrée.

S’agissant des chutes d’eau, le territoire de Rungu en a plusieurs entre autre la chute de Nadumbe située à plus de 100km de la ville d’Isiro sur la rivière Nepoko.

Le barrage avec une micro turbine hydro-électrique érigé sur la rivrière Rungu, une propriété d’une mission catholique, lequel barrage fournit le courant électrique à moins d’une centaine des ménages de ce qu’on appellerait cité de Rungu parce abritant le chef-lieu du territoire , fait l’objet de curiosité pour les visiteurs du milieu même si la visite est gratuite; à dire vrai, cet endroit n’est vraiment pas un site touristique.

 

Espèces phares de la faune
  1. L’éléphant
  2. L’antilope rouge
  3. Le crocodile à museau court
  4. Le singe
  5. Le rat de Gambie
  6. Le boa
Espèces phares de la flore
  1. Le liboyo en deux espèces « Kosipo et tiama »,
  2. L’Iroko appelé localement s « Punga »,
  3. L’Emien appelé localement « Guga »,
  4. L’Ohia appelé localement « Kofo »,
  5. L’Acajou d’Afrique localement appelé « Linzo » et
  6. L’eucalyptus importé de la province d’Ituri

 

Situation-sécuritaire

Pour ce qui est de la sécurité intérieure, la situation est généralement calme. Toutefois, à l’heure actuelle, il y a un conflit en gestation entre les éleveurs Mbororo ex-patriés des pays limitrophes de la Province du Haut-Uele, venus dans le territoire à la recherche de paturage et les éleveurs Hema de la Province soeur ITURI, cette situation a déjà fait l’objet de quelques missions qui ont mobilisé certaines autorités du territoire et même de la Province pour descente sur terrain afin de s’enquerir de la situation. Cette situation ce conflit d’intérêt obje d’insécurité Il existe aussi des petits conflits entre les populations sur le fait que certaines gens laissent leur bétail aller brouter dans les champs des voisins.

 

Opportunités-de-développement

Le Territoire de Rungu renferme encore des grands potentiels :

  1. La réouverture, l’aménagement et l’entretien des routes tant nationales, provinciales que de desserte agricole favoriseraient des investissements. La réhabilitation de la RN26 qui connecte le territoire de Rungu au territoire de Watsa et va jusqu’en Ouganda serait bénéfique dans le cadre du commerce extérieur et même dans le domaine de transport tant de marchandise avec des gros camions que des personnes avec des Bus, cela contribuerait à la création des agences de transport dans le territoire et par ricochet de l’emploi. La réhabilitation de toutes les routes de desserte agricole permettrait l’évacuation des produits agricoles vers les grands centres de consommation et……
  2. Dans le secteur de l’énergie et particulièrement l’électricité, des études ont déjà été menées et des estimations de coûts d’investissement sont connues pour la construction et l’installation d’un barrage hydroélectrique sur la rivière NEPOKO dont la grande chute se trouve sur le passage de ladite rivière dans une localité connue sous le nom de NADUMBE. Une autre prospection a déjà été menée sur la chute d’ABELEGUMA se trouvant sur la rivière BOMOKANDI dont le potentiel a été estimée capable d’alimenter presque toute la Province de Haut-Uele. Cela permettra sans doute le démarrage des activités industrielles parmi lesquelles la transformation des produits agricoles le paddy en riz, le palme en huile de palme et huile de palme en savon et la ransformation des bines agro-forestier en d’autres produits manufacturés comme le savon, le chocolat, le pain de qualité et bien d’autres
  3. Dans le secteur bancaire et/ou financier, le manque des institutions financières bancaires ou non bancaires et même de microfinance (coopératives) et des messageries financières demeurent encore un défi à relever dans le territoire de Rungu. Les quelques banques qui étaient dans la ville d’Isiro jadis une cité du territoire de Rungu, ont toutes fermé avec la fermeture des grandes sociétés de l’époque. Nous pouvons citer la BCDC, UCB, NBK, Banque du peuple etc.; la CADECO est la seule institution bancaire qui fonctionne jusqu’à présent mais timidement non pas dans le territoire de Rungu mais dans ville d’Isiro; et donc à présent le territoire fonctionne sans banque, coopérative ni messagerie financière.
  4. Dans le secteur de l’agriculture, le plus grand investissement c’est la relance des cultures pérennes en l’occurrence la culture du café avec l’appui de l’OMG « Café Africa » et ainsi exploiter et revaloriser toutes ces 82 plantations qui étaient abandonnées depuis déjà 30 ans ; car c’est cette culture qui dans les années 1980 a conféré à la ville d’Isiro le nom de la capitale de l’or vert et a contribué pour beaucoup dans le revenu des ménages agricoles;
  5. Jusqu’à présent l’huile de palme produite dans le territoire de Rungu est consommée dans d’autres provinces du pays malgré le fait que la production de cette huile se fait de manière artisanale. Ainsi donc, l’investissement dans la production moderniseée de cette huile pourra contribuer l’élévation du niveau de vie de la population et donc au développement du territoire dans son ensemble.
  6. L’élevage est aussi l’un des secteurs dans lequel le territoire à besoin des investissements car l’élevage non encadré que faisait la population a aboutit à des déceptions en répétition faute de l’encadrement des éleveurs et de manque des vaccins lors des épidémies animales.

Related posts

Leave a Comment